Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2009 6 15 /08 /août /2009 21:02


« Hallo, ich bin Mélanie Skotnik. Bonjour, je m’appelle Mélanie Skotnik ». En deux phrases, la sauteuse en hauteur (26 ans), a tout résumé.


Née à Hersbruck, en Allemagne, le pays de son père, elle devient championne nationale en 2003.


En mars 2005, Mélanie fait jouer sa double nationalité pour défendre les couleurs de la France*, le pays de sa mère. Un transfert d’allégeance qui, à l’époque, a beaucoup fait jaser.


« Au niveau de la France, ce n’était pas toujours facile au début pour moi parce que pas mal de gens ont dit que j’ai été naturalisée, alors que ce n’était pas du tout le cas. Donc c’est vrai que ça a duré un temps, mais maintenant je pense que je suis considérée comme une vraie Française », indique-t-elle dans un reportage diffusé dans Tout le Sport, juste avant les Mondiaux de Berlin.


Résidant à Strasbourg avec son mari et entraîneur, Jimmy Melfort, Mélanie Skotnik n’habite qu’à deux pas de l’Allemagne. Comme une ultime preuve de son double attachement.


« Si j’ai envie d’aller en Allemagne, je vais en Allemagne. Si j’ai envie de rester en France, je reste en France. Là, je suis à peine à cinq minutes de la frontière. C’est vraiment rien. Il y a juste un saut à faire. » Décidément, elle a ça dans le sang !

* Mélanie Skotnik restera dans l’histoire comme la première athlète de l’athlétisme allemand  à avoir migré vers un autre pays.

 

Repères

Mélanie Melfort-Skotnik


Date de naissance :
8 novembre 1982 à Hersbruck (Allemagne)
Nationalités : Française et Allemande
Taille : 1m82
Poids : 61 kg

Sauteuse en hauteur
Club actuel : Alsace Nord Athlétisme (France)
Record personnel : 1m97 (RF)

Quadruple championne de France (2005, 2007, 2008, 2009)

 

Pour en savoir plus :


- Mélanie Skotnik, une athlète entre la France et l’Allemagne (12 août 2009, Tout le Sport, France 3, reportage d’Emmanuel Roux)

 

- L’athlète qui venait d’outre-Rhin

Partager cet article

Repost 0
Published by Ismaël Bouchafra-Hennequin
commenter cet article

commentaires