Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 21:57

LNB

 

Il y a tout juste un mois, le comité directeur de la Ligue nationale de basket (LNB) a décidé d’instaurer des quotas de joueurs formés localement en Pro A et Pro B. Ils s’appliqueront dès la saison 2010-2011. Objectif : favoriser l’éclosion de jeunes pousses issues de la formation à la française.

 

« Dès la saison 2010-2011, en Pro A, ce sont au minimum 5 ‘‘joueurs formés localement’’ pour un effectif de 10 joueurs qui devront figurer sur la feuille de marque, ce nombre étant porté à 6 sur 11 et 7 sur 12 (en fonction du nombre de joueurs inscrits sur la feuille de marque).

 

Pour la Pro B : ce sont au minimum 7 ‘‘joueurs formés localement’’ pour un effectif de 10 joueurs, ce nombre étant porté à 8 sur 11 et 9 sur 12 (en fonction du nombre de joueurs inscrits sur la feuille de marque) », indique alors le communiqué de la LNB.

 

Qu’est-ce qu’un « joueur formé localement » ? Théoriquement, il s’agit d’ « un joueur qui a eu quatre années de licence en France entre 12 et 21 ans ». Mais la Ligue se réserve le droit d’attribuer ce statut à « [d]es cas exceptionnels », notamment aux basketteurs français ayant suivi un cursus universitaire américain.

 

A compter de la saison prochaine, le critère retenu par la LNB ne sera donc plus la nationalité (Français-Etrangers)* mais la formation (joueurs formés localement ou non).

 

Quelles répercussions ?

Cette réforme cherche avant tout à protéger la formation à la française. Elle vise à permettre aux jeunes issus des centres de formation de s’exprimer davantage sur les parquets. A aussi « les responsabiliser », dixit Aymeric Jeanneau, le président du syndicat national des basketteurs (SNB). Car ces dernières années, les clubs hexagonaux ont pris la ‘‘fâcheuse’’ habitude de faire confiance à des étrangers de troisième zone. Résultat, les jeunes jouent très peu et peinent à s’imposer en équipe première. En revanche, cette nouvelle réglementation placera sur un pied d’égalité les joueurs non formés localement (venant d’Europe, d’Afrique, des Caraïbes, du Pacifique ou du reste du monde). Les places de « JFNL » seront chères !

 

* Cette saison, les équipes de Pro A ont droit à six joueurs de nationalité étrangère dont deux au minimum doivent relever d’un Etat A.C.P. ou d’un Etat ayant signé des accords d’association ou de coopération avec l’UE.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ismaël Bouchafra-Hennequin
commenter cet article

commentaires