Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 15:40

 

Dance to the beat Sébastien Guérin Photographies 29 Luffy

Luffy (Forzesound, Paris) © Sébastien Guérin Photographies/ De l'oeil à l'image

 

De l’ambiance, du kiff, de la solidarité… tels étaient les ingrédients de la 4e édition du battle « Dance to the beat » qui s’est déroulé le 15 décembre dernier à la MJC Prévert de Lunéville.   


Lunéville, dimanche, 14h. On est tranquillement en train de discuter avec Looping et Nordine (Project X, Luxembourg) à une table haute du hall d’entrée de la MJC Prévert. Lorsque b-boy Nouré, avec son magnifique bonnet à pompon des Los Angeles Kings, se dirige vers nous. Il a le visage d’un enfant qui vient de faire une grosse bêtise. « Bon, les mecs… je crois bien qu’il ne va pas y avoir de battle cet aprem » - « Pourquoi ça ? », demande ‘‘Loops’’, inquiet. - « Ben en fait… j’ai niqué le lino ! » - « Quoi ? » - « Ouais, je m’échauffais et sur l’un de mes pas, le revêtement s’est déchiré. Heureusement, personne n’a rien vu. Un crew s’est ensuite mis à danser à cet endroit. Du coup, j’en ai profité pour me barrer en douce. » Waaaaah, sale histoire ! Mais très vite, l’orga est informée des dégâts. Bilan ? Deux bouts d’épais scotch noir placés en V pour rafistoler le sol… et une grosse frayeur !

 

15h18. Lunettes de soleil à la Matrix sur le nez, M’hamed et Mehdi (M.A.M), les deux speakers de l’évènement, débarquent sur la piste. Dans leur sillage, Hamza Boumaza (Flagrant d’Élite, Nancy), l’organisateur du battle « Dance to the beat ». Au moment de prendre le micro, sa voix ne tremble pas mais ses yeux brillent. Car pour la première fois, ses parents ont fait le déplacement. Et pour ‘‘Zoum’’, ça veut dire beaucoup !

 

Combinaison obligatoire

 

Dance to the beat 2013 Thierry Rambaux 5 Street Harmony Street Harmony (Nancy)  © Thierry Rambaux/ De l'oeil à l'image

 

15h30. Dans la nouvelle cabine de son de la salle polygone, DJ FonkMaz fait rugir les platines. Let’s go pour les présélections ! 14 crews sont engagés en break et 6 en new style (4 vs 4). Des qualifs où il est surtout question de combinaison. Après deux passages solos par team, chacune d’elles a en effet l’obligation de présenter un troisième passage en combi avec la participation des quatre danseurs. A l’image de Jonjo, Jerry, Toy et Adélie (Street Harmony, Nancy), la plupart des groupes respectent cette contrainte, s’exécutent sans broncher.

 

Quelques petits malins essaient toutefois de feinter, de jouer avec les règles. Soit leur combi est courte, bâclée, vite expédiée. Soit elle est inexistante. Mais sans combo digne de ce nom, c’est mort. C’est l’élimination assurée. D’autres crews tentent aussi de prolonger le plaisir en ‘‘grattant’’ un passage. N’est-ce pas Zagla (Rataclan Crew, Metz) ?

 

À nos côtés, Théo (14 ans), pointe du doigt un danseur : « Regarde, lui, c’est Boubou (Forzesound Crew, Paris) ! Il est super connu ! » Il a bougrement raison Théo. Quand ce mec aux trois dreadlocks décolorées se met à bouger, c’est vraiment chanmé !

 

Alerte à Malibu, K 2000, Dragon Ball Z...

 

Dance to the beat Sébastien Guérin Photographies 5

Yassin en mode « Jeanne et Serge » © Sébastien Guérin Photographies/ De l'oeil à l'image

 

16h. Après que Mehdi ait démis l’épaule du pauvre Axel (12 ans) pour raviver l’ambiance, on passe à la MusiKlité (1 vs 1). Un art dans lequel Pepito Fractal et Jimmy Yudat, deux des juges, sont passés maîtres. Quand on les interroge à ce sujet, leurs yeux d’enfants s’illuminent. Puis leurs regards se croisent. Et instinctivement, ils se frottent chacun les doigts. Pas pour vous demander du fric ! C’est juste que ce geste illustre parfaitement la musicalité. En clair, il s’agit d’un feeling, d’un ressenti.  

 

« J’attends pas forcément que le danseur soit toujours ‘‘dans le son’’, explique Pepito. Pour moi, la musicalité, c’est quelque chose de plus subtil. Il faut qu’il y ait une certaine ‘‘difficulté logique’’. Le danseur doit saisir les accents, utiliser la profondeur du son et agrémenter le tout d’une dose de fantaisie. » « Y’a le corps et ce qu’on en fait, poursuit Jimmy. Le corps c’est un instrument, pas uniquement une boîte à rythmes. »

 

Un instrument qui garde en mémoire tout un tas de souvenirs d’enfance. Des odeurs, des senteurs, des images… et des sons. Alerte à Malibu, K 2000, Dragon Ball Z, Les Minikeums… Ces chansons ont bercé toute une génération. Sur Bioman, Willem (Forzesound Crew) se sent pousser des ailes. Tel un super-héros, il réalise une sorte de vol à ras du sol, poing en avant.

 

Adèle, coup de coeur du jury

 

Dance to the beat 2013 Thierry Rambaux 23 AdèleAdèle Voirin, la mascotte de la journée  © Thierry Rambaux/ De l'oeil à l'image
   

16h33. Après une démo des jeunes de la MJC Prévert emmenés par Hafid Ben Kacem, le jury dévoile le nom des ½ finalistes. Une délicieuse pause galettes plus tard, on passe aux choses sérieuses. Bonnet vert sur le crâne, Icee (Forzesound Crew, vainqueur du Juste Debout 2013, catégorie hip-hop) envoie du très très lourd ! Après 20 ans de pratique, le p’tit gars d’Aubervilliers a acquis une sale maturité. Respect ! B-boy Thug (Toxic Illusion, Mulhouse-Strasbourg), lui, est du genre pressé. Contre Project X, il enchaîne les tricks aériens et spectaculaires à un rythme effréné. « Pfff... Thug a tout arraché », nous glissera Salim (Pockemon Crew/Arabiq Flavour ), l’un des juges. Chris Brown, un petit conseil : prends-en de la graine !

 

18h06. Pepito réclame Adèle. Il a découvert cette fillette de 12 ans la veille lors des workshops. Elle lui a tout de suite tapé dans l’œil. Il l’a revu en musiklité sur le générique d’Arnold et Willy. Mais pour le plaisir, il souhaite la revoir sur le dancefloor. Baskets montantes aux pieds, Adèle kiffe la vibe, bluffe tout le monde. Le public l’accompagne en tapant dans les mains. Assurément, cette petite originaire de Gerbéviller restera le coup de cœur de cette édition !

 

Beat killers !

 

Dance to the beat Sébastien Guérin Photographies 31 Tony

Tony (WBB, Troyes) © Sébastien Guérin Photographies/ De l'oeil à l'image


18h46. Avant les finales, Jimmy Yudat, look à la Cousteau, fait une démo qui compte triple vu que Pepito et Salim sont sur le carreau. Et quand le père Zelou se met en action, ‘‘oh la la, ça pique !’’

 

Une pluie de cartouches ! Voilà à quoi se résume la finale de new style entre les Allemands de Deetroit Rockstarz et les Parisiens de Forzesound Crew. Techniquement, c’est archi chaud. Ça se rend coup pour coup. Casquette des Raiders et piercing à la lèvre, Smudee, le leader de Deerockz met sa vie sur la piste. Et il n'est pas le seul !

 

En finale de break, WBB (Troyes) se présente avec une équipe affaiblie. Ils ne sont plus que trois. Nass, qui s’est blessé en demi à la jambe droite, n’est en effet pas en mesure de danser. La mort dans l’âme, il endosse le costume de supporter. Toxic Illusion part favori. Mais sous l’impulsion de Tony, WBB est bien décidé à vendre chèrement sa peau. Et pourquoi pas, créer l’exploit !

 

À croire que la musiKlité est une affaire de spécialistes ! En finale, on retrouve deux anciens vainqueurs. K-mel (Project X), le tenant du titre, affronte Willem (Forzesound Crew), sacré il y a deux ans. Deux styles a priori opposés. L’un est b-boy, l’autre new styleur. Mais bon, une fois lâchés sur « Il était une fois la vie » ou « Naruto », ça ne veut plus dire grand-chose. K-mel a beau avoir réalisé une prestation originale mêlant top rock, break et fun attitude, il n’est sûr de rien. Il mort nerveusement sa chaîne. Comme tout le monde, il attend désormais les résultats.

 

19h37. Les juges (Pepito, Salim et Jimmy) font comme s’ils avaient un bazooka entre les mains. « 1, 2, 3… braaaaa ! » Forzesound, Illusion/ Toxic Crew et K-mel sont les beat killers du jour !

 

Ismaël Bouchafra-Hennequin

 

Dance to the beat 2013, les résultats


Dance to the beat 2013 Hamza Zoum

Les grands vainqueurs de cette 3e édition

- New style, 4 vs 4, 600€ : Forzesound Crew (Icee, Boubou, Luffy et Willem), Paris bat Deetroit Rockstarz (Beckz, Deko, Smudee et Mirakle), Aix-la-Chapelle (Allemagne).
- Breakdance, 4 vs 4, 600€ : Toxic Illusion (Thug, Kirikou, Cevat, Chicha), Alliance Toxic Crew+Illusion Crew, Mulhouse-Strasbourg, bat WBB (Mounir, Tony, Mathieu et Nass), Troyes.
- MusiKlité, 1 vs 1, 100€ : K-mel (Project X, Luxembourg) bat Willem (Forzesound Crew, Paris/ Silent School, Reims).

 

Big up aux juges !
Break :
Salim (Pockemon Crew/Arabiq Flavour, Metz-Lyon).
New style :
Jimmy ''Yudat'' Zelou (Paris).
MusiKlité :
Pepito Fractal (Lille).

 

En marge de l’évènement, une collecte de fournitures scolaires (cahiers, classeurs, stylos, feuilles…) destinée aux enfants du Maroc, a été organisée en partenariat avec l’association Khamsa. « Penser aux autres, c’est se respecter soi-même », a joliment écrit Hamza.

 

Pour en savoir plus :
- Le trailer du battle
 « Dance to the beat 2013 »
- L'album photo du battle
« Dance to the beat 2013 »
- Dance to the beat (Facebook, page officielle + vidéos)
- Dance to the beat 2013 (page Facebook)
- Dédicaces au MTB Crew de Lisko (Page Facebook) (Rien ne m'arrêtera, live acoustique) et à Bustyal Haarp (site) (Évasion) 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ismaël Bouchafra-Hennequin
commenter cet article

commentaires