Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 22:27

 

 

C’est écrit sur une feuille scotchée sur le portique du McDo. Le battle Source, ça se passe juste là, à gauche, au premier étage. Au Trèves Dance Center, la belle école de danse de Salim et Abi, située à Metz. Après avoir monté les escaliers et traversé le long couloir, il ne reste plus qu’à ouvrir grand ses yeux et ses oreilles. Et kiffer, bien sûr !

 

« Cet aprem, j’attends que ça se bute, que ça transpire, que ça soit la guerre. Bref, que ça se déchire la gueule ! » En quelques mots assassins, Salim Abidi* (Pockemon Crew/Arabiq Flavour) plante le décor. Celui du battle Source qu’il a concocté dans son antre messin du Trèves Dance Center.  

 

Dimanche 19 janvier 2014, salle 1 de l’école de danse. Il est 15h. « C’est parti mon kiki ! », lâche Mehdi (M.A.M), l’un des deux speakers. On attaque direct avec les présélections top rock (1 vs 1). Et, ça ne s’invente pas, l’un des concurrents, avec un bob couleur crème, s’appelle… Kalif ! Sale histoire !

 

Battle Source Treves Dance Center by Audio Visuel Création © Audio Visuel Création/ Jordan Fontana

 

Une vingtaine de candidats se succèdent sur le dancefloor. Au moment des délibérations, on file voir les juges. Assis sur un canapé, Samir (Arabiq Flavour, Vandoeuvre), Nasso (Melting Force, Saint-Etienne) et Charlee (Kannibal Holocaust, Reims) tentent, stylo en main, de se mettre d’accord. Ils doivent n’en garder que 8. 

 

Trois danseurs font l’unanimité. Survêt noir et orange des Pays-Bas sur le dos, le "suicidaire" Charlee nous explique pourquoi : « Lil Toon (Rataclan, Metz) a démontré une belle énergie. K-mel (Project X, Luxembourg) a lui aussi bien plané et Karim (aka Fresh Prince, TCB, Tomblaine) possède un bon style, il a un délire bien à lui ». Quatre autres noms sont ajoutés sur la feuille. Il en manque encore un dernier… Kriman (P.B. RockerZ, Liège), bel et bien inscrit, sera finalement celui-ci !  

 

15h26. Pas de temps à perdre, on enchaîne avec le breakdance (2 vs 2) ! Salim avait lancé tous azimuts les invitations (Lyon, Saint-Etienne, Reims, Troyes Mulhouse, Strasbourg, Liège, Nancy, Metz, Luxembourg…). 32 crews ont répondu présent. Un peu beaucoup. Du coup, ça fait un peu ‘‘usine’’. Les b-boys ont chacun 30 secondes pour s’exprimer. Et sont priés d’aller à l’essentiel. « De toute façon, les mecs y cherchent pas à comprendre, y rentrent dedans », assure Deb (24 ans, ACC, Mulhouse), la seule b-girl de la compète, après s’être bien battue contre Kirikou et Shin (Toxic Crew).

 

 

Au premier tour, lors du… 15e battle, le hasard du tirage au sort met aux prises Melting Force (Saint-Etienne) à La Meute (Liège, Belgique). Surpris par la qualité du premier passage adverse (celui de Kyzo), Francklin, 18 ans - qui a notamment réalisé le doublé avec sa team au BOTY France 2013*- doit sérieusement s’employer. Il envoie du lourd, grille des cartouches. Et conclut sa presta par un beau freeze. Il n’a pas encore remis ses lunettes que Marbouch claque d’entrée un spectaculaire salto arrière avec un pied dans la main.

 

« Ouhhhhh !!! » Ça crie, c’est chaud ! Présents dans son coin, ses potes Filco et Nasty Jay (LCB, Liège) l’encouragent à donner le meilleur de lui-même, le poussent à se surpasser. Après deux minutes d’intense plaisir, place à la décision. « Judges, un-der-ground… » Melting Force s’impose de justesse (1 voix, 2 égalité). Tutus** respire. « Je me suis élancé en premier, à l’aveugle. Forcément, j’en ai gardé sous le coude. Mais quand j’ai vu le niveau du premier mec d’en face, j’ai eu un gros coup de pression. Heureusement, Francklin a bien géré le truc, il a ‘‘envoyé’’. On s’en sort bien », dit-il, soulagé, avec un pur accent stéphanois.

 

Battle Source 2014 Trêves de plaisanterie by Audio VisuelLes filles de "Trèves de plaisanterie" © Audio Visuel Création/ Jordan Fontana

 

16h30. Jusqu’ici, elles se tenaient gentiment assises autour du cercle. On les avait juste remarqué lors des passages de Rataclan 1, 2 et 3 (Metz)***. En mode groupies. Téléphone en main, ces 5 filles filmaient et donnaient de la voix (« Allez Rachiiiiid ! » (b-boy k1k1, ndlr). Mais là, trêve de plaisanterie, c’est à elles de jouer ! Alison, Camille, Célia, Somalie et Sofia, tout de noir vêtues, se lèvent et effectuent une belle démo sur « Applause » de Lady Gaga.

 

16h52. Lil Toon vs Momo. C’est l’affiche du premier ¼ de finale top rock. Comme lors d’une baston de regard, ça s’observe, ça se jauge, ça attend que l’autre craque en premier. Ça cherche à prendre un avantage psychologique sur l’adversaire. Mais là, rien à faire. Aucun des deux danseurs ne semble prêt à céder. « Celui qui y va, je lui offre une crêpe ! », lance alors M’hamed, le speaker. Momo (Last Hope, Charleville-Mézières) saute sur l’occasion. En dépit de son élimination, il pourra se consoler en fêtant la Chandeleur avant l’heure !

 

Battle Source les frangins Kenzo et Maiky 2 by Audio VisuelKenzo et Maïky © Audio Visuel Création/ Dylan Basters

 

17h15. Vainqueurs la veille à l’Arsenal du premier concours chorégraphique international de Metz (catégorie junior + lauréats du prix coup de cœur), Maïky (12 ans) et Kenzo Winterstein (9 ans), les deux apprentis b-boys blondinets issus du quartier de La Patrotte, s’affrontent dans un duel fratricide. Footwork, Thomas, planche, headspin, ninety-nine, baby freeze… ça rigole “aps’’ ! Pas de doute, la relève est là !

 

18h10. Showtime ! Avant les demies de break, Francky Ross aka BeMonkey (Next Level, Rouen), maillot des Bulls sur les épaules, nous gratifie d’une belle démo de basket freestyle à base de dribbles, de feintes, de moves épatants (Crossover, shamgod, slip’n’slide, boomerang, hypnotizer, etc.). Le spectateur, invité sur la piste, a pris le bouillon. « Abi, on t’attend désormais pour la démo de danse classique… », lance ensuite Mehdi, en rigolant. Sourire ultra-bright de la directrice du Trèves Dance Center qui, dans le couloir, retourne vaquer à ses occupations.

 

18h28. Pendant les démos des juges, on joue les infirmières auprès de K-mel (Project X). Blessé au coude gauche, il nous demande de l’aide pour remettre son bandage. Car il s’apprête à disputer la finale top rock contre Lil Toon (Rataclan).

 

 

Le moment est venu pour DJ Fonkmaz de balancer ses dernières galettes : le très rythmé « Khat » de Benjamin Herman puis l’instru salsa « Bomba a Puerto Rico » de José Mangual Jr. Avant la décision, Lil Toon effectue une ultime prière. Mais elle n’y changera rien. Musicalité, originalité des steps, jeu de scène, K-mel possède ce petit plus qui fait la différence. Il remporte cette finale à l’unanimité.

 

Lunettes sur le nez et petit bouc, Francklin souffle dans ses mains puis chauffe la semelle de ses Puma Suède. Tutus, son équipier, lui, sautille comme un boxeur. C’est l’heure de la finale de break. Karim et Amer (TCB) font figure d’outsiders. Sur le magistral « Give it up or turn it a loose » de James Brown, Francklin, le dernier à passer, enchaîne les phases, multiplie les difficultés techniques. C’est beau, c’est fluide, c’est efficace ! Depuis l’East Break Battle à Yutz (2011), le p’tit gars de Sainté a vraiment bien progressé…

 

Malgré la belle résistance de TCB, l’issue de cette finale ne laisse que peu de place au doute.  « Melting Force a maîtrisé tout le battle, y ont été au-dessus », nous glisse Omax (Last Hope, Sedan). La décision unanime des juges vient seulement officialiser la nouvelle. Au centre de la piste, aux côtés de Francklin, Tutus signe le mot de la fin : « Tu vois, des fois dans un ‘‘petit battle’’, t’apprends plus que dans un grand évènement. Tu connais pas forcément la valeur des gars que t’as en face de toi. Y'a des surprises, tu dois réagir vite, t’adapter. C’est ça l’esprit de la street ! »

 

Ismaël Bouchafra-Hennequin 

 

* Le 8 juin dernier, à Nîmes, le crew stéphanois Melting Force a remporté à la fois le titre de champion de France et celui du meilleur show chorégraphique lors du BOTY France 2013.

**Tutus, de son vrai nom Yanis Kinzi, (21 ans, Melting Force, Saint-Etienne) est le petit frère de Soso, b-boy mondialement reconnu (vidéo 1) (vidéo 2) (article).
*** Rataclan 1 (Rachid et Brandon), Rataclan 2 (John et Roland) et Rataclan 3 (Zagla et Cameron) sont coachés par Salim et s’entraînent au Trèves Dance Center.

 

 

Battle Source, 1ère édition, les résultats

 

Battle Source 2014 Trèves Dance Center Metz

 

Le palmarès de cette 1ère édition

- Finale breakdance, 2 vs 2 : Melting Force (Tutus et Francklin ), Saint-Etienne  bat TCB, (Karim et Amer), Tomblaine.
- Battle pour la 3e place, breakdance, 2 vs 2 : Toxic Crew (Kirikou et Shin ), Mulhouse bat LCB, (Filco et Nasty Jay), Liège (Belgique).
- Finale top rock, 1 vs 1 : K-mel (Project X, Luxembourg) bat Lil Toon (Rataclan/ Trèves Dance Center, Metz).


Pour en savoir plus :
- Battle Source (page Facebook)

- Le battle Source en images (album 1) (album 2) (album 3)


B-boying

- Battle Source, Project X 2 (Ted et Sardo) vs LCB, ¼ de finale break (vidéo)
- Battle Source, Project X 1 (K-mel et Huitiang) vs Melting Force, 8e de finale break (vidéo)
-
Battle Source, Project X 2 (Ted et Sardo) vs Tekken 1, 8e de finale break (vidéo) (tie break)
-
Battle Source, Project X 2  (Ted et Sardo) vs Marius et Titi, 1er tour (vidéo)
- Battle Source, Project X 3 (Randy et Kiu) vs Killusion,
1er tour (vidéo)
- Battle Source, Project X 1
(K-mel et Huitiang) vs Spicy 2 (Laiid et Johny), 1er tour (vidéo) (vidéo 2)
-
Battle Source, Rataclan 2 (John et Roland) vs Spicy 1 (NJ et Thomas), 1er tour (vidéo)

 

Top rock

-  Battle Source, K-mel vs Nass, ½ finale top rock (vidéo)
-
Battle Source, K-mel vs Kriman, ¼ de finale top rock (vidéo)
- Battle Source, Nass vs Toto,
¼ de finale top rock (vidéo)
- Battle Source, K-mel, préselections top rock (vidéo)

Partager cet article

Repost 0
Published by Ismaël Bouchafra-Hennequin
commenter cet article

commentaires

pascalie 03/10/2014 16:09

Découvrez un nouveau portail qui peut être bien intéressant pour tous les b-boys, b-girls et fans du breakdance.
Sur www.partagora.com vous pouvez créer vos propre collections du breakdance et aussi uploader des autres fichiers concernant pour exemple vos groupes préfères (videoclips, articles, photos, etc) .
Partagez des videos breakdance avec vos amis et les autres internautes. C’est simple, gratuit et il y a pas de limites de stockage.
Amusez-vous à partager et à parcourir des fichiers sur www.partagora.com