Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 10:02

JO Londres 2012

 

Face aux menaces de boycott, le CIO a dégainé un communiqué. Refuser de concourir face à un athlète aux Jeux de Londres en raison de sa nationalité ou de sa religion serait une « grave violation » du code de l’éthique olympique, a annoncé l’instance faîtière, le 8 juin dernier.

 

« Refuser de participer à un évènement olympique à cause de la religion ou de la nationalité d'un athlète ou d’une équipe ne serait pas seulement un comportement antisportif, mais une violation grave du Code d’éthique du Comité international olympique, des principes de la Charte olympique et du serment des athlètes », a déclaré à l’Associated Press Emmanuelle Moreau, la porte-parole du CIO.

 

« Si un athlète ou une équipe ne peuvent pas venir aux Jeux dans un esprit d'amitié et de fair‑play, ils doivent rester chez eux. On ne peut pas faire des discriminations, quelle qu’en soit la raison, entre les participants aux Jeux olympiques », a‑t‑elle ajouté.

 

Cette sortie médiatique du CIO intervient après un article du Times* qui révélait qu’un kayakiste algérien, Nasreddinne Baghdadi, s’était retiré d’une manche de Coupe du monde - le 1000 mètres à Duisbourg (Allemagne) le mois dernier -, à laquelle un Israélien participait.

 

Dans la foulée, le DTN de la Fédération algérienne des sociétés d’aviron et de canoë kayak (FASA) a démenti l’information dans les colonnes d’El Watan. « Baghdadi a couru les distances de ses deux spécialités, à savoir les 200 et 500 m. Il avait par la suite une course de 1000 m en individuel à 9h35 et une autre sur la même distance en double à 10h50. Nous avons choisi avec son entraîneur hongrois, la 2e option qui entrait dans nos objectifs. C’est pour ce seul motif que le forfait pour la première course a eu lieu. Cette histoire est un tissu de mensonges ».

 

Pour Ahmed Achour, journaliste au Temps d’Algérie, « le communiqué par qui l'affaire a été déclenchée, a été mal interprété, en ce sens qu'il ne vise pas spécialement l'Algérie. Notre pays n'y est même pas cité. The Times a induit beaucoup de gens en erreur en faisant croire qu'il concernait exclusivement l'Algérie, tout cela parce qu'un kayakiste algérien a refusé d'affronter un Israélien à un championnat du monde. Il faut savoir qu'aux Jeux olympiques de Sydney, en 2000, le judoka Bouaichaoui avait combattu contre un Israélien. Il en avait été de même pour un autre judoka, en l'occurrence Amar Meridja, lors des Jeux olympiques d'Athènes en 2004.  Ces deux histoires n'avaient pas soulevé de vagues. Nous ne voyons pas alors pourquoi soudainement il y a un cas Algérie qu'il faut pointer du doigt comme si officiellement il y avait appel au boycott de tout Israélien dans une compétition sportive internationale ».

 

Toujours est-il, que sur ce coup-là, le CIO a été bien inspiré. Mieux vaut prévenir que guérir !

 

* « Ripples of water protest threaten to rule out Algeria's entire team », Owen Slot, The Times, 1er juin 2012.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ismaël Bouchafra-Hennequin
commenter cet article

commentaires