Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 14:33

 

 

Le 22 novembre dernier, à la Kulturfabrik d’Esch-sur-Alzette, nous avons assisté à la toute première représentation de Terre de Fer, spectacle chorégraphique de la compagnie yussoise Mixité. Verdict ? Un beau travail de mémoire qui mérite d’être salué.

 

Vendredi, c’était le jour J : l’acte de naissance de Terre de Fer, la dernière création chorégraphique de la compagnie Mixité.

 

Et une première, c’est toujours un moment particulier, riche en émotions. Car, après des mois de répétitions*, on touche enfin au but. On présente le bébé. Ce soir, il y a donc comme un mélange d’excitation et de pression.

 

Avec sa barbe touffue, Sadat Sekkoum, grand activiste de la danse hip-hop en Lorraine, le sent, le sait. Du coup, quelques minutes avant le début du spectacle, il décide d’inviter les 5 autres danseurs amateurs** dans sa loge. Ensemble, ils réalisent une vidéo déjantée  sur un son reggae de Patrice (Soulstorm).

 

Après ce délire, place à la concentration. Il est 19h50. Alors que le public patiente gentiment derrière les portes de la grande salle de la KuFa, la troupe se réunit une dernière fois sur scène.

 

On les aperçoit furtivement. Ils sont en cercle, bras dessus, bras dessous, en train d’écouter les ultimes recommandations de Karim Bouziouane, le metteur en scène de Terre de Fer.

 

20h15. Après un petit mot de bienvenue de Serge Basso de March - le directeur de la Kulturfabrik -, l’introduction est assurée par les jeunes de l’atelier théâtre de la MJC Bettembourg. Grâce à eux, on sait désormais dire « Je t’aime » dans toutes les langues. Au moins, la prochaine fois qu’on ira à l’étranger, on sera armé !

 

Industrialisation, immigration, aliénation  

 

Terre de Fer by Ben Jayone 8© Ben Jayone

 

20h24. Tchin-tchin ! Sur l’écran, deux amoureux trinquent dans les yeux. Le show de Terre de Fer peut commencer. Quatre mains apparaissent de derrière les wagons. La pièce remonte le temps, débute à la fin de l’Antiquité avec des paysans dansant en tunique dorée. Qu’on se le dise, à cet instant, on se croirait parmi les Egyptiens dans Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre.

 

On arrive ensuite au XIXe siècle et à la partie mine. Eclairé à la lampe, les hommes, en bleu de travail et casque...tte, travaillent sans relâche au fond des galeries pour extraire le minerai, remplir les wagons.

 

Fou amoureux de Democratia - la gracieuse et élégante fille des dieux -, Alberich doit, pour l’épouser, collecter un maximum de matière première et remettre ce trésor - « la fameuse minette » -  aux tout-puissants. Il devient le patron.

 

Dès lors, on passe à la sidérurgie et l’industrialisation du travail. Avec le taylorisme, le rythme s’accélère, les cadences augmentent.  A l’instar de Charlie Chaplin dans les Temps modernes, les gestes des  gueules jaunes (coups de pelle, de pic et de pioche) doivent tendre vers une meilleure productivité.

 

Une fois en couple, Alberich et Democratia vont partager le pouvoir. Pour faire tourner les mines et les usines lorraines, ils vont faire appel à l'immigration. Des travailleurs italiens, polonais, algériens ou bien encore marocains qui, pour la plupart, débarqueront avec un imper à la Columbo et une valise comme seul bagage. La musique vous prend aux tripes, les différentes chorégraphies (hip-hop, modern jazz, contemporain, tango, acrobatie) parlent de ces gens venus d’ici et d’ailleurs avec une infinie tendresse.

 

Une pause casse-croûte plus tard, on se retrouve plongé au cœur des métallos. A eux aussi, l’industrialisation a joué un bien mauvais tour. Désormais, la machine (capitaliste) dicte sa loi au sein des haut fourneaux. L’ouvrier du fer et de l’acier n’est plus qu’un outil, un pion sur l’échiquier. Comme dirait Karl Marx, le travailleur devient aliéné, déshumanisé, exploité. Simple maillon de la chaîne, il est réduit à répéter inlassablement, mécaniquement les mêmes gestes tel un automate.

 

Se réinventer ou mourir


Terre de Fer by Ben Jayone 9© Ben Jayone

Oscillant entre colère et révolte, le peuple gronde. Alors qu’il est censé les représenter, Jétan, un syndicaliste, va les trahir pour pouvoir s’approcher des patrons. Il tue Alberich et kidnappe Democratia. A cet instant, l’écran annonce ironiquement la « fin ! » d’un monde.

 

On bascule ensuite à l’époque 2.0*** : le numérique. Autrement dit, le monde des nouvelles technologies. Un monde où l’on assiste à la multiplication des machines intelligentes****. Un monde interactif et immédiat où se développe une économie immatérielle et virtuelle non localisée. Et donc difficile à contrôler. Ce diable de Jétan manipule les flux financiers. Il n’y a plus de matière et le monde est devenu une boîte de nuit.

 

Sur le dancefloor, des robots en combi de plongée importées de Chine, tout droit sortis du clip « Around the World » de Daft Punk, s’agitent de manière surréaliste. Le tout, sur un son de DJ Hannibal Flynt, papy chauve, tatoué, aux verres teintés.

 

En 2050, qu’adviendra-t-il réellement de l’humain ? Sera-t-il possédé par la machine ou, au contraire, réussira-t-il à s'en affranchir et s’inventer un avenir ? Entre veillée funèbre et lueur d’espoir, les flammes des bougies du final laissent en tout cas planer le doute.

 

Ismaël Bouchafra-Hennequin

 

* Pour que le jeu de rôles soit réaliste, les danseurs se sont mis en immersion. Ils ont visionné des documentaires, visité le musée des mines de fer de Neufchef et ont répété au haut-fourneau U4 à Uckange.

 ** Isabelle Bouger (Democratia), Karim Ezzahiri (Alberich), M’Barka Lahlah (Déesse du feu), Catherine Naudin (la femme de Dieu) et Hakim Ouhibi (Jétan) et Sadat Sekkoum (Dieu).

*** Celle du Web 2.0, des personnes et des échanges (Blogs, réseaux sociaux, partage de photos ou de vidéos, mashups).

**** Les ordinateurs, les smartphones, les tablettes et autres objets high-tech.

 

Terre de Fer Cie Mixité affiche
Prochaine représentation : vendredi 29 novembre à l'Amphy de Yutz, 20h (Places en prévente au Cultura Terville). Et puis, à partir de 2014, Terre de Fer et la compagnie Mixité partiront en tournée.


Pour en savoir plus :
- Reportage dans le 12/13 de France 3 Lorraine du 23/11/13 (vidéo, à partir de 15:35)
- Reportage de Mylorraine.fr, « Sadat Sekkoum danse sur la Terre de Fer » (vidéo)
- Site internet de l'association Mixité

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ismaël Bouchafra-Hennequin
commenter cet article

commentaires