Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 20:54

Le Britannique Bradley Wiggins (Sky) est en passe de remporter son premier Tour de France.

 

A trois jours de l’arrivée sur les Champs-Elysées, nous vous proposons de découvrir la belle brochette de 31 nationalités présente au sein du peloton du Tour de France 2012. Celui-là même qui, selon Philippe Delerm, « glisse comme un long vol d’abeilles entre les platanes ou les champs de maïs, de cols en faux plats »… Et qui bouclera dimanche son périple de 3497 kilomètres sur la plus belle avenue du monde !

 

43 Français : Giovanni Bernaudeau, Cyril Gautier, Yohann Gène, Vincent Jérôme, Christophe Kern, Pierre Rolland, Thomas Voeckler (Europcar), Maxime Bouet, Mikaël Cherel, Hubert Dupont, Sébastien Hinault, Blel Kadri, Sébastien Minard, Jean-Christophe Peraud, Christophe Riblon (AG2R-La Mondiale), Sandy Casar, Pierrick Federigo, Matthieu Ladagnous, Cédric Pineau, Thibaut Pinot, Anthony Roux, Jérémy Roy, Arthur Vichot (FDJ), Sylvain Chavanel, Jérôme Pineau (Omega-Pharma), Jérôme Coppel, Anthony Delaplace, Jimmy Engoulvent, Brice Feillu, Fabrice Jeandesboz, Cyril Lemoine, Guillaume Levarlet, Jean-Marc Marino, Julien Simon (Saur-Sojasun), Rémy Di Grégorio, Samuel Dumoulin, Nicolas Edet, Julien Fouchard, David Moncoutié (Cofidis), Yann Huguet, Matthieu Sprick (Argos-Shimano), Tony Gallopin (Radioshack), Amaël Moinard (BMC Racing).

 

21 Espagnols : Mikel Astarloza, Jorge Azanza Soto, Gorka Izaguirre Insausti, Egoi Martinez, Ruben Perez Moreno, Samuel Sanchez, Amets Txurruka, Pablo Urtasun Perez, Gorka Verdugo (Euskaltel-Euskadi), Oscar Freire, Joan Horrach (Katusha), Luis Angel Mate Mardones (Cofidis), Juan Jose Cobo Acebo, Imanol Erviti, José Ivan Gutierrez, Ruben Plaza Molina, Jose Joaquin Rojas, Alejandro Valverde (Movistar), Luis Leon Sanchez (Rabobank), Rafael Valls Ferri (Vacansoleil), Haimar Zubeldia (Radioshack).

 

18 Néerlandais : Roy Curvers, Koen De Kort, Albert Timmer, Tom Veelers (Argos-Shimano), Robert Gesink, Steven Kruijswijk, Bauke Mollema, Bram Tankink, Laurens Ten Dam, Maarten Tjallingii (Rabobank), Sebastian Langeveld, Peter Weening (Orica-GreenEdge), Johnny Hoogerland, Wouter Poels, Rob Ruygh, Kenny Robert van Hummel, Lieuwe Westra (Vacansoleil), Karsten Kroon (Saxo Bank).

 

15 Italiens : Ivan Basso, Federico Canuti, Vincenzo Nibali, Daniel Oss, Alessandro Vanotti (Liquigas), Giampolo Caruso, Luca Paolini (Katusha), Marco Marzano, Alessandro Petacchi, Michele Scarponi, Simone Stortoni, Davide Vigano (Lampre), Davide Malacarne (Europcar), Manuel Quinziato (BMC Racing), Marco Marcato (Vacansoleil).

 

14 Belges :  Kris Boeckmans (Vacansoleil), Francis De Greef, Jurgen van den Broeck, Jurgen Roelandts, Jelle Vanendert (Lotto), Dries Devenyns, Kevin De Weert (Omega-Pharma), Jan Ghyselinck, Romain Zingle (Cofidis), Philippe Gilbert (BMC Racing), Maxime Monfort (Radioshack), Nick Nuyens (Saxo Bank), Johan Vansummeren (Garmin), Maarten Wynants (Rabobank).

 

13 Allemands : Marcus Burghardt (BMC Racing), Patrick Gretsch, Johannes Frohlinger, Marcel Kittel (Argos-Shimano), Bert Grabsch, Tony Martin (Omega-Pharma), Danilo Hondo (Lampre), Andreas Klöden, Jens Voigt (Radioshack) André Greipel, Marcel Sieberg (Lotto), Christian Knees (Sky) , Dominique Nerz (Liquigas).

 

12 Australiens : Jonathan Cantwell (Saxo Bank), Baden Cooke, Simon Gerrans, Matthew Goss, Brett Lancaster, Stuart O’Grady (Orica-GreenEdge), Cadel Evans (BMC Racing), Adam Hansen (Lotto), Matthew Lloyd (Lampre), Richie Porte, Michael Rogers (Sky), Mark Renshaw (Rabobank).

 

8 Américains : Tom Danielson, Tyler Farrar, Christian Vandevelde, David Zabriskie (Garmin), George Hincapie (BMC Racing), Christopher Horner (Radioshack), Levi Leipheimer (Omega-Pharma), Tejay van Garderen (BMC Racing).

 

5 Britanniques : Mark Cavendish, Christopher Froome, Bradley Wiggins (Sky), Steven Cummings (BMC Racing), David Millar (Garmin).

 

5 Russes : Vladimir Gusev, Denis Menchov, Yury Trofimov, Eduard Vorganov (Katusha), Vladimir Karpets (Movistar).

 

5 Danois : Lars Ytting Bak (Lotto), Anders Lund, Michael Morkov, Chris Anker Sörensen, Nicki Sörensen (Saxo Bank).

 

4 Biélorusses : Yauheni Hutarovich (FDJ), Vasil Kiryienka (Movistar), Aliaksandr Kuschynski (Katusha), Kanstantsin Siutsou (Sky).

 

4 Kazakhs : Dmitriy Fofonov, Maxim Iglinskiy, Andrey Kashechkin, Alexandre Vinokourov (Astana).

 

4 Slovènes : Grega Bole (Lampre), Borut Bozic, Janez Brajkovic (Astana), Kristjan Koren (Liquigas).

 

3 Suisses : Michael Albasini (Orica-GreenEdge), Fabian Cancellara (Radioshack), Michael Schär (BMC Racing).

 

3 Slovaques : Peter Sagan (Liquigas), Martin Velits, Peter Velits (Omega-Pharma)

 

3 Ukrainiens : Andriy Grivko (Astana),Yuriy Krivtsov (Lampre), Yaroslav Popovych (Radioshack).

 

2 Irlandais : Daniel Martin (Garmin) , Nicolas Roche (AG2R-La Mondiale).

 

2 Portugais : Rui Alberto Costa (Movistar), Sergio Miguel Moreira Paulinho (Saxo Bank).

 

2 Sud-africains : Robert Hunter (Garmin), Daryl Impey (Orica-GreenEdge).

 

2 Suédois : Fredrik Kessiakoff (Astana), Gustav Erik Larsson (Vacansoleil).

 

1 Argentin : Juan José Haedo (Saxo Bank).

 

1 Autrichien : Bernhard Eisel (Sky).

 

1 Canadien : Ryder Hesjedal (Garmin).

 

1 Croate : Robert Kiserlovski (Astana).

 

1 Estonien : Rein Taaramae (Cofidis).

 

1 Japonais : Yukiya Arashiro (Europcar).

 

1 Luxembourgeois : Frank Schleck (Radioshack).

 

1 Néo-zélandais : Gregory Henderson (Lotto).

 

1 Norvégien : Edvald Boasson Hagen (Sky).

 

1 Polonais : Sylwester Szmyd (Liquigas).

Repost 0
Published by Ismaël Bouchafra-Hennequin
commenter cet article
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 22:35

A l'instar de ses compatriotes Charly Moussonou et Alexander Ndoumbou, Bruno Ecuele-Manga s'est servi du football pour vaincre sa timidité (Foot Citoyen).

 

Le 4 juillet dernier, le défenseur central international gabonais de Lorient (24 ans) a obtenu la nationalité française par décret.

 

Il y a une dizaine de jours, après des vacances « super sympas » au Gabon, Bruno Ecuele-Manga a repris le chemin de l’entraînement avec les Merlus. Tout sourire, évidemment, et avec « beaucoup d’envie ».

 

Mais avec toutefois une pointe de déception. Celle de ne pas pouvoir participer aux JO avec les Panthéreaux, à la suite du veto catégorique de son coach Christian Gourcuff de le libérer.

 

Entre-temps, une bonne nouvelle est venue quelque peu apaiser sa frustration : l’obtention d’un passeport tricolore.

 

« Je suis fier et content d'avoir obtenu la nationalité française car je ne serai plus considéré comme un joueur étranger. Il y a aura également des avantages intéressants, plus tard, pour les enfants et la famille », explique Bruno Ecuele-Manga dans les colonnes de Ouest-France.

 

Avant d’ajouter : « J'ai fait ma demande de naturalisation en mai 2011, après cinq années passées en France. Le président, Loïc Fery, et Serge Areguian, directeur général, ont un peu mis la pression, et tout a été fait avant les cinq semaines de coupure de la saison. »

 

On appelle ça une intersaison bien négociée !

 

Pour en savoir plus :

- Bruno Ecuele-Manga : « Beaucoup d’envie » (article)

 

Repères

Bruno Ecuele-Manga

Date de naissance : 16 juillet 1988 à Libreville (Gabon)

Nationalités : Gabonaise et Française

Taille : 1m86

Poids : 76 kg

Club : FC Lorient (France)

Repost 0
Published by Ismaël Bouchafra-Hennequin
commenter cet article
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 12:28

 

Deux jours avant l’officialisation de son transfert à la Lazio Rome, le milieu offensif international brésilien (26 ans) a obtenu la nationalité italienne.

 

Pour Ederson, obtenir un passeport communautaire était la condition sine qua non pour signer dans un club de Serie A.

 

Marié à une Italienne, cela faisait plusieurs mois qu’il courait après. Car des équipes transalpines le suivaient de près (Inter Milan, Lazio Rome, Naples) mais attendaient qu’il reçoive le précieux sésame pour finaliser les négociations avec son agent Antonio Caliendo.

 

Samedi, une bonne nouvelle est venue débloquer la situation.

 

« Bonjour ! A partir d’aujourd’hui, je suis un citoyen italien. Voilà un supporter de plus pour la finale de demain. Forza Italia ! », a annoncé Ederson sur son compte Twitter.

 

Ce message était accompagné d’une photo, à savoir un papier en noir et blanc avec l'emblème de l'Italie, sur lequel on pouvait lire le serment de fidélité que le milieu brésilien a dû prononcer devant l’officier d’état civil de sa commune de résidence. « Je jure fidélité à la République italienne ainsi que de respecter et de faire respecter la Constitution et les lois de l’Etat ».

 

48 heures plus tard, la Lazio Rome officialisait la signature pour cinq ans d’Ederson*, en fin de contrat à Lyon, fraîchement devenu joueur communautaire.

 

Comme quoi, tout peut aller très vite dans le football !

 

* Son salaire est estimé à 1,7 M€ par an (sans les primes).

 

Pour en savoir plus :

- Blog officiel d’Ederson

- Communiqué de la Lazio Rome (italien 1, 2)

- Ederson en Italie, ça dépend de son passeport (article)

- Passeport tricolore pour Ederson ? (article)

 

Repères

Ederson Honorato Campos

Date de naissance : 13 janvier 1986 à Parapuã (Brésil)

Nationalités : Brésilienne et Italienne 

Taille : 1m81

Poids : 74 kg

Club : Lazio Rome (Italie) 

Repost 0
Published by Ismaël Bouchafra-Hennequin
commenter cet article
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 23:59

Danny Jordaan, Nelson Mandela et Jerome Valcke

Johannesburg, 6 mai 2010. Nelson Mandela, entouré de Danny Jordaan (directeur exécutif du comité local d’organisation), Jérôme Valcke et la Coupe du monde, un mois avant le début de la compétition en Afrique du Sud.

 

Le Français Jérôme Valcke (51 ans), sécrétaire général de la FIFA, s’est vu accorder la nationalité sud-africaine, a révélé vendredi Times Live South Africa.

 

Les tentatives des journalistes pour lui arracher une réaction sont restées vaines.

 

A en croire le département médias de la FIFA, Jérôme Valcke, en visite au Brésil, était déjà bien occupé.

 

A J-714 avant le coup d’envoi de la Coupe du monde dans la patrie du roi Pelé, le sécrétaire général de la FIFA était chargé d’inspecter l’état d’avancement des travaux des stades et des infrastructures (aéroports, hôtels).

 

Toujours est-il que l’information, révélée par Times Live South Africa, a été confirmée par Ronnie Mamoepa, le porte-parole du ministère de l’Intérieur sud-africain.

 

« Il (Jérôme Valcke) a reçu la nationalité sud-africaine le 15 juin. Pour quelles raisons ? Il a contribué à ce que l’Afrique du Sud soit désignée comme le pays hôte de la Coupe du monde 2010. Il a également œuvré pour le développement du football sur nos terres. Par ailleurs, il est marié à une Sud-africaine », a-t-il expliqué.  

 

Bien que la nationalité sud-africaine lui ait été accordée, Jérôme Valcke doit encore, afin finaliser la procédure de naturalisation, prêter serment d’allégeance à la nation « arc-en-ciel », chère à Nelson Mandela.

 

Avant lui, des sportifs d’origine étrangère - le rugbyman Tendai Mtawarira ou encore le joueur de cricket Imran Tahir - ont bénéficié de facilités similaires pour obtenir rapidement la nationalité du pays.

 

Pour en savoir plus :

- Biographie de Jérôme Valcke (article)

- Mandela accueille le trophée (article)

- Nelson Mandela, champion du monde de foot ! (article)

Repost 0
Published by Ismaël Bouchafra-Hennequin
commenter cet article
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 23:09

Migrantenanteil im Team und der Gesamtbevölkerung

 

Légende du graphique : ÖIF-Recherche, pourcentage de migrants dans chaque sélection et dans la population totale. En bleu, la part de joueurs ‘‘migrants’’ au sein de l’équipe nationale, c’est-à-dire ayant un lien avec la migration. En rouge, la part d’immigrés (personnes nées à l’étranger) au sein de la population totale du pays concerné.

 

« Quel est le point commun entre Karim Benzema (France), Rafael van der Vaart (Pays-Bas) et Pepe (Portugal) ? Eh bien, ces trois joueurs possèdent des origines familiales d’un autre pays que celui qu’ils défendent lors de cet Euro 2012*. D’après une étude du Fonds d’intégration autrichien (ÖIF), organisme spécialisé dans les phénomènes migratoires, la composition ‘‘métissée’’ des sélections nationales reflète les flux de population en Europe.

 

France : Un grand nombre de joueurs issus d’anciennes colonies

La France est la sélection qui possède le pourcentage le plus élevé de joueurs issus de l’immigration et/ou ayant une double nationalité (56,5%). 13 des 23 Bleus sont dans ce cas. La plupart des joueurs concernés sont originaires des anciennes colonies. Les parents de Karim Benzema (Real Madrid) et de Samir Nasri (Manchester City) sont d’origine algérienne. D’autres joueurs ont respectivement des racines familiales au Sénégal (Patrice Evra), au Mali (Alou Diarra) ou encore en Pologne (Laurent Koscielny).

 

Croatie : Enfants de travailleurs immigrés ou réfugiés de guerre

Sur la deuxième marche du podium, on retrouve la Croatie et les Pays-Bas avec 9 joueurs d’origine étrangère (39%). Alors que du côté des Oranje, il s’agit souvent de footballeurs issus d’anciennes colonies tel que le Surinam, le pourcentage élevé chez les Croates s’explique par d’autres raisons : certains joueurs sont des enfants d’émigrants comme Ivan Rakitic (Suisse) ou Josip Simunic (Australie). Concernant les autres, c’est la guerre de l’ex-Yougoslavie (1991-2001), qui est à l’origine de leur migration. La famille de Mario Mandzukic a trouvé refuge en Allemagne dans les années 1990. Vedran Corluka est né quant à lui à Modran avant l’éclatement de la Yougoslavie, village aujourd’hui situé en Bosnie-Herzégovine.

 

Autriche : 1 joueur sur 3 est un immigrant

L’étude de l’ÖIF comprend également l’équipe nationale autrichienne, qui n’est pas parvenue à se qualifier pour cet Euro 2012. Parmi le noyau actuel de 25 joueurs, 8 ont un lien avec les migrations (32%). Le membre le plus éminent, David Alaba (Bayern Munich), est né à Vienne d’un père nigérian et d’une mère philippine. Marko Arnautovic et Aleksandar Dragovic (Serbie) ou encore Veli Kavlak et Yasin Pehlivan (Turquie) représentent les pays traditionnels d’immigration vers l’Autriche.

 

Surreprésentés dans le foot  de haut niveau

Dans l’ensemble, on trouve une plus forte proportion de joueurs d’origine étrangère dans les sélections présentes à cet Euro 2012, que dans la société civile (22%). « Les migrants sont présents dans le football de haut-niveau, ils sont même surreprésentés, analyse Alexander Janda, secrétaire général de l’ÖIF. Cela démontre l’énorme potentiel intégrateur du sport »**.

 

* Respectivement algériennes, espagnoles et brésiliennes.

** Traduction de l’étude de l’ÖIF effectuée par mes soins.

 

Chiffres détaillés (arrêtés au 31 mai 2012)

 

Pays

Nombre de migrants

Effectif

Pourcentage de migrants

France

13

23

56,5%

Croatie

9

23

39,1%

Pays-Bas

9

23

39,1%

Eire

8

23

34,8%

Allemagne

7

23

30,4%

Pologne

5

23

21,7%

Grèce

5

23

21,7%

Portugal

5

23

21,7%

Suède

5

23

21,7%

Italie

4

23

17,4%

Ukraine

4

23

17,4%

Angleterre

4

23

17,4%

République tchèque

1

23

4,3%

Danemark

1

23

4,3%

Espagne

1

23

4,3%

Russie

0

23

0,0%

 

 

 

 

Autriche

8

25

32,0%

 

 

 

 

Euro 2012 - Total des participants

81

368

22,0%

 

 

Repost 0
Published by Ismaël Bouchafra-Hennequin
commenter cet article
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 23:22

 

A l’occasion du 25e anniversaire de Lionel Messi, Sport&Nationalité revient sur le feuilleton qui a entouré la naturalisation espagnole du prodige argentin.

 

Une simple affaire de papiers aurait pu mettre fin prématurément à l’histoire d’amour entre Lionel Messi et le Barça.

 

Juste avant le début de saison 2005-2006, un coup de tonnerre s’abat sur les Blaugrana.

 

A cause « du flou juridique » accompagnant la modification du règlement fédératif propre aux joueurs non communautaires, âgés de 17 à 19 ans, susceptibles d’être « assimilés »*, le club catalan décide, par précaution, de ne plus aligner Leo en match officiel.

 

Rapidement, « le cas Messi devient une affaire politique et les critiques pleuvent sur le club, explique dans son livre le journaliste et écrivain italien Luca Caioli**. Pourquoi n’a-t-il pas été nationalisé alors qu’un Argentin peut opter pour la double nationalité après deux ans de résidence en Espagne ? ».

 

« Pourquoi avoir tant tardé ? Pourquoi Messi joue-t-il  avec un passeport argentin, alors qu’au  regard des ses années passées en Europe et de ses origines – mi-italiennes, mi-argentines – il aurait pu obtenir la double nationalité ? », écrit pour sa part Frédéric Traïni dans sa biographie sur la ‘‘Pulga’’***.

 

Pour le Barça, l’équation est simple : s’il ne veut pas perdre le gamin de Rosario, il doit s’activer en coulisses pour obtenir sa naturalisation.

 

Car pour Leo, juste l’idée de vivre une saison quasi blanche - sans le moindre match de Liga - est inconcevable.   

 

Des grands clubs européens, l’Inter Milan en tête, sont à l’affût. Prêts à tirer profit de la situation pour le récupérer.

 

Le Barça sue à grosses gouttes. La double annonce de la signature d’un contrat professionnel avec le joueur ne calme pas le jeu.

 

Pire, elle « ajoute de la matière au feuilleton qui, le 20 septembre, s’enrichit d’un autre chapitre », écrit Caioli.

 

Ce jour-là,  l’article relatif aux joueurs assimilés n’est pas adopté par la LFP. Grosse désillusion pour le Barça. Du coup, il ne pourra pas aligner Messi en Liga.

 

Maigre consolation, Leo pourra disputer la Ligue des champions car l’UEFA, reconnaît, elle, son statut d’ « assimilé ».

 

Un parfum de scandale

 

Le 26 septembre, Messi prête serment à la Constitution espagnole. Il devient ainsi communautaire, fait son retour en Liga et pense que ses ennuis sont terminés.

 

Mais le Deportivo La Corogne puis Alaves déposent successivement des recours en justice car ils estiment que le joueur a obtenu « sa requalification » hors délai (avant le 31 août).

 

Résultat, « l’affaire Messi finit dans les pages de tous les journaux sportifs du pays et fait scandale en Argentine », se rappelle Luca Caioli.

 

« Plaintes, pourvois, appels… la bataille juridique va durer plusieurs mois », se souvient Frédéric Traïni.

 

Le 18 octobre, la Fédération espagnole de football (FREF) reconnaît la double nationalité de Leo. Face aux contestations, la décision sera confirmée le 14 novembre, cinq jours avant un récital du Barça à Bernabeu (3-0).

 

Des buts, des victoires et une ribambelle de trophées plus tard, le Barça peut se frotter les mains. Lionel Messi, le lutin hispano-argentin aux dribbles dévastateurs, fait toujours partie des siens!  

 

* A cette époque, le Barça possédait déjà son quota de trois extracommunautaires (Ronaldinho, Samuel Eto’o Fils et Rafael Marquez).

** Luca Caioli, Magic Messi, trad. fr., Monaco, Editions du Rocher, 2011 (1re édition espagnole : 2008).

*** Frédéric Traïni, Messi, une vie en grand, Paris, Hugo & Cie, 2012. Correspondant du journal l’Equipe et de la radio RTL à Barcelone.

 

Pour en savoir plus :

- Messi aurait pu jouer pour l'Espagne ! (vidéo)

Repost 0
Published by Ismaël Bouchafra-Hennequin
commenter cet article
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 13:53

 

Transféré à la Juventus Turin en milieu de semaine dernière*, le milieu offensif de Brescia (21 ans, 7 buts et 4 passes décisives la saison passée en Serie B), ancien international Espoirs belge, vient d’obtenir l’autorisation de la FIFA pour jouer désormais avec le Maroc.

 

Le grand public connaît Badr El Kaddouri, latéral gauche international marocain évoluant au Dynamo Kiev. Mais il va devoir rapidement se familiariser, si ce n’est déjà fait, avec un joueur qui possède le même patronyme : Omar, auteur d’une saison remarquée en Serie B sous les couleurs de Brescia**.

 

En effet, « la demande de changement d’association introduite par (Omar) El Kaddouri et la Fédération marocaine de football (FRMF) a été accordée », a indiqué lundi un porte-parole de la FIFA.

 

Figurant parmi les 35 joueurs marocains présélectionnés par le coach de l’équipe nationale olympique Pim Verbeek, Omar El Kaddouri pourrait revêtir le maillot des Lionceaux de l’Atlas dès les JO de Londres (27 juillet-12 août 2012).

 

* Le joueur aurait signé un contrat de quatre ans avec la Juve, annonce le quotidien belge néerlandophone Het Laatste Nieuws. Le transfert est évalué à 4 M€.

** Badr et Omar El Kaddouri n'ont pas de lien de parenté. « Lui est originaire de Casa je pense, alors que moi je viens d' Al Hoceima. Lui évolue en défense, moi au milieu. Lui est gaucher, moi je suis droitier. Aucun lien je vous dis (rires) », expliquait récemment Omar à lionsdelatlas.net.

 

Pour en savoir plus :

- The best of Omar El Kaddouri 2011-12 (vidéo)

- Omar El Kaddouri Brescia, à la Zizou (vidéo)

 

Repères

Omar El Kaddouri 

Date de naissance : 21 août 1990 à Bruxelles (Belgique) 

Nationalités : Marocaine et Belge 

Taille : 1m86

Poids : 72 kg

Club : Juventus Turin (Italie)

Repost 0
Published by Ismaël Bouchafra-Hennequin
commenter cet article
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 09:49

Annan Deodatus Air Force United FC

 

Le milieu défensif ghanéen d’Air Force United (18 ans) affirme avoir refusé les avances de la Fédération thaïlandaise de football (FAT) qui lui proposait d’intégrer sa sélection nationale U20.

 

« Certains hauts dirigeants de la Fédération thaïlandaise m’ont proposé, de manière tout à fait sérieuse, de jouer pour eux », a expliqué Annan Deodatus à ghanasoccernet.com.

 

« J’ai accordé des interviews à plusieurs chaînes de télévision, mais je leur ai dit que j’étais peu emballé à l’idée de réprésenter leur nation. »

 

Annan Deodatus rêve d’enfiler la tunique des Black Stars. Mais, vu qu’il joue dans un championnat exotique, ses chances sont minimes.

 

« Il est juste regrettable qu’on ait pas la possibilité d’être supervisé. Tout ce que je demande, c’est qu’on me donne ma chance. Ici, le niveau de jeu a considérablement augmenté. Du coup, j’exhorte les autorités (ghanéennes, ndlr) à étendre leur recherche à ce pays », a-t-il conclu.

 

Défenseur central de formation, Annan Deodatus  a rejoint Air Force United en début de saison. En 2009, il a participé à la remontée de Police United en première division thaïlandaise (TPL).

 

Ses performances en club avaient, semble-t-il, tapé dans l’œil des dirigeants thaïlandais qui souhaitaient l’incorporer, à terme, parmi les Chansuk*.

 

* Les Eléphants de guerre, surnom de l’équipe nationale thaïlandaise de football.

 

Pour en savoir plus :

- Vidéo sur Annan Deodatus

 

Repères

Annan Deodatus

Date de naissance : 8 octobre 1988

Nationalité : Ghanéenne

Taille : 1m70

Poids : 67 kg

Club : Air Force United F.C. (Thaïlande)

Repost 0
Published by Ismaël Bouchafra-Hennequin
commenter cet article
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 10:02

JO Londres 2012

 

Face aux menaces de boycott, le CIO a dégainé un communiqué. Refuser de concourir face à un athlète aux Jeux de Londres en raison de sa nationalité ou de sa religion serait une « grave violation » du code de l’éthique olympique, a annoncé l’instance faîtière, le 8 juin dernier.

 

« Refuser de participer à un évènement olympique à cause de la religion ou de la nationalité d'un athlète ou d’une équipe ne serait pas seulement un comportement antisportif, mais une violation grave du Code d’éthique du Comité international olympique, des principes de la Charte olympique et du serment des athlètes », a déclaré à l’Associated Press Emmanuelle Moreau, la porte-parole du CIO.

 

« Si un athlète ou une équipe ne peuvent pas venir aux Jeux dans un esprit d'amitié et de fair‑play, ils doivent rester chez eux. On ne peut pas faire des discriminations, quelle qu’en soit la raison, entre les participants aux Jeux olympiques », a‑t‑elle ajouté.

 

Cette sortie médiatique du CIO intervient après un article du Times* qui révélait qu’un kayakiste algérien, Nasreddinne Baghdadi, s’était retiré d’une manche de Coupe du monde - le 1000 mètres à Duisbourg (Allemagne) le mois dernier -, à laquelle un Israélien participait.

 

Dans la foulée, le DTN de la Fédération algérienne des sociétés d’aviron et de canoë kayak (FASA) a démenti l’information dans les colonnes d’El Watan. « Baghdadi a couru les distances de ses deux spécialités, à savoir les 200 et 500 m. Il avait par la suite une course de 1000 m en individuel à 9h35 et une autre sur la même distance en double à 10h50. Nous avons choisi avec son entraîneur hongrois, la 2e option qui entrait dans nos objectifs. C’est pour ce seul motif que le forfait pour la première course a eu lieu. Cette histoire est un tissu de mensonges ».

 

Pour Ahmed Achour, journaliste au Temps d’Algérie, « le communiqué par qui l'affaire a été déclenchée, a été mal interprété, en ce sens qu'il ne vise pas spécialement l'Algérie. Notre pays n'y est même pas cité. The Times a induit beaucoup de gens en erreur en faisant croire qu'il concernait exclusivement l'Algérie, tout cela parce qu'un kayakiste algérien a refusé d'affronter un Israélien à un championnat du monde. Il faut savoir qu'aux Jeux olympiques de Sydney, en 2000, le judoka Bouaichaoui avait combattu contre un Israélien. Il en avait été de même pour un autre judoka, en l'occurrence Amar Meridja, lors des Jeux olympiques d'Athènes en 2004.  Ces deux histoires n'avaient pas soulevé de vagues. Nous ne voyons pas alors pourquoi soudainement il y a un cas Algérie qu'il faut pointer du doigt comme si officiellement il y avait appel au boycott de tout Israélien dans une compétition sportive internationale ».

 

Toujours est-il, que sur ce coup-là, le CIO a été bien inspiré. Mieux vaut prévenir que guérir !

 

* « Ripples of water protest threaten to rule out Algeria's entire team », Owen Slot, The Times, 1er juin 2012.

Repost 0
Published by Ismaël Bouchafra-Hennequin
commenter cet article
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 17:31

 

« Dès que sa naturalisation sera publiée au Moniteur, l’athlète d’origine éthiopienne (22 ans) recevra sa carte d’identité et pourra courir pour la Belgique, notamment lors des JO de Londres », indique Sporza. Celle-ci doit théoriquement intervenir au cours du mois de juin.

 

En juin 2005, les Ethiopiennes Mimi et Almensch Belete débarquent en Belgique avec le statut de réfugié politique.

 

Les deux sœurs, tout droit venues des hauts-plateaux d’Addis Abeba, trustent les podiums dans les meetings et les cross organisés outre-Quiévrain.

 

Rapidement, la Belgique devient un terrain d’expression trop petit pour leurs talents naissants.

 

Afin de continuer à progresser, Mimi et Almensch souhaitent se confronter à ce qui se fait de mieux sur la planète athlé.

 

Mais, à cause de leur condition de réfugié, elles ne peuvent pas courir en dehors de la Belgique.

 

Quelques rares dérogations leur permettent de prendre part à des épreuves dans des pays voisins (France, Allemagne…). Mais, c’est trop peu.  

 

En 2009, Mimi, la sœur aînée, excédée par cette situation, répond favorablement aux sirènes du Bahreïn. Un an plus tard, aux Jeux asiatiques de Canton (Chine), elle rafle le titre sur 5000 mètres et termine troisième du 1500 mètres.

 

Un duel sororicide aux JO de Londres ?

 

Aujourd’hui, c’est au tour d’Almensch, sa petite sœur, d’être en passe de devenir belge.

 

En effet, le 26 avril dernier, « la commission de la Chambre a approuvé (…) son dossier de naturalisation », rapporte Sporza.

 

Ayant déjà réalisé à deux reprises les minima olympiques sur 5000 mètres (15'10''00), Almensch Belete n’attend plus que le Moniteur officialise la décision.

 

Dès la publication de l’acte de naturalisation*, elle se rapprochera un peu plus de son rêve : participer cet été aux Jeux olympiques sous le maillot de la Belgique.

 

Qui sait, le 7 août prochain, à Londres, on assistera peut-être à un duel sororicide entre Mimi et Almensch Belete en finale du 5000 mètres !

 

* NB : L’acte de naturalisation d’Almensch Belete a été finalement publié au Moniteur belge le 15 juin 2012 (p. 32972).

 

Pour en savoir plus :

- Interview en anglais d'Almensch Belete (vidéo)

- Fiche d'Almensch Belete sur le site de l'IAAF

 

Repères

Almensch Belete 

Date de naissance : 26 juillet 1989 à Addis Abeba (Ethiopie)

Nationalité : Ethiopienne

Spécialiste du demi-fond, du fond et du cross

Repost 0
Published by Ismaël Bouchafra-Hennequin
commenter cet article